Reine des prés, près des cimes!

 La race d’Hérens est unique au monde!alpage de Balme

QUI SONT CES VACHES QUI AIMENT SE BATTRE ?

Cette vache porte le nom d’une vallée des Alpes valaisannes en Suisse. Elle est robuste, d’un type trapu avec des cornes solides, un port de tête majestueux et un regard qui en dit long. Elle a la particularité de combattre pour établir une hiérarchie dans le troupeau. Dès la sortie de l’étable, au printemps, lors de la montée en alpage, elles s’affrontent à coups de corne. Au cours des combats, elles se poussent simplement front contre front, en utilisant également les cornes. Celle qui se sent la plus faible abandonne le combat ou se soumet sans lutter. Les rares blessures ne sont que superficielles.

Après avoir lancé un défi à leurs amis Suisses, les Hauts-savoyards organisent le premier combat au Col de Balme le 19 août 1917. Ce fut le début de nombreux combats car les Chamoniards étaient aussi passionnés que les Suisses. A l’époque, il y avait environ 160 vaches à l’alpage de Balme et 90 à l’alpage de Charamillon (au-dessus du village du Tour).

Aujourd’hui, quelques éleveurs passionnés maintiennent cette tradition dans la Vallée de Chamonix!

Le 22 septembre 2013 au village du Tour, une centaine de Vaches d’Hérens ont participé à cette rencontre alpestre.  Les batailles de Reines étaient établies par catégorie, selon l’âge et le poids des combattantes.  Pour l’occasion, les  éleveurs sont venus de tous le Pays du Mont-Blanc, ainsi que les 1.500 spectateurs qui étaient  ravis de partager la passion des agriculteurs, sous un doux soleil d’automne.

Le deuxième Combat de Reines International de l’Espace Mont Blanc se déroulera à Aoste, le samedi 19 octobre 2013 dans les arènes de la Croix Noire.  Le prochain match dans la Vallée de Chamonix aura lieu à Servoz en septembre 2014.

Regardez la vidéo du Combat des Reines au village du Tour le 22 septembre 2013

expo_vache

Une très belle exposition du photographe JC Van Waes, dédiée aux Reines, a lieu actuellement à l’Office de Tourisme de Vallorcine entre le 15 septembre et le 15 novembre 2013.

http://www.vallorcine.com/fr/agenda

Le Projet Socrate – qui sont les Sicads?

Vendredi 13 septembre de 18h à 20h30 au Bistrot des Sports

Invitation_ProjetSocrate_Chamonix_WEB_Edited

Rencontrez Daron Sheehan, écrivain et Chamoniard d’adoption autour de son livre Le Projet Socrate.

Pourquoi Chamonix?

Parce que  Daron Sheehan affectionne tout particulièrement la Vallée, et s’est lié d’amitié avec beaucoup de Chamoniards au cour de ses nombreuses aventures en montagne.

Tout comme en 1816, quand Mary Shelley s’est laissée inspirer par la Mer de Glace pour écrire son roman Frankenstein, Daron Sheehan choisi la beauté immense de ces lieux pour réveiller la conscience des Sicads! C’est ainsi que le héro de son livre découvre de nouvelles réalités lors d’une expédition périlleuse sur la Mer de Glace.

Le Projet Socrate fait découvrir les idées d’un avenir plus durable,  plus tourné vers l’environnement, à travers un roman d’aventure et de Science Fiction. Le livre est soutenu par des environnementalistes comme Jonathan Porrit et Mark Shand.

Le Projet Socrate a été inauguré officiellement à Londres en juin 2013 et ensuite sur MTV au Liban. Il est normal que la prochaine dédicace se passe à Chamonix Mont-Blanc!  Le livre a le mérite rare, d’avoir été publié simultanément en Anglais, par Nautilus Media et en français, par Tamyras (maison d’édition Libanaise).

Synopsis

Notre civilisation s’effondre. Une solution radicale s’impose.
Face aux dangers qui menacent la survie de l’espèce humaine, les Nations unies mettent en place une mission secrète : le Projet Socrate.

Des robots, les Sicads, dotés de la sagesse ancestrale de Socrate et des derniers savoirs scientifiques, sont déployés aux quatre coins du monde afin de nous observer et de trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard. Leur chef, Simon Oceandis, entreprend alors un véritable voyage de découverte.

Le Projet Socrate est un récit haletant et tous public, mais il touchera particulièrement la nouvelle génération qui doit, tels les Sicads, résoudre ces défis menaçants dans la vraie vie. Comme j’aime le dire aux jeunes d’aujourd’hui : « A chacun son Everest » mais voici une montagne que nous devons gravir ensemble.     Maxime Chaya

Maxime Chaya est un sportif, explorateur et alpiniste libanais. Il est le premier Libanais a avoir réussi l’Everest, complétant le défi des sept sommets.

Daron Sheehan vous invite à le joindre au Bistrot des Sports autour d’un verre de l’amitié. Il  y aura une dédicace de son livre et il vous parlera de ses projets pour  l’avenir…

La course des garçons de café

course-de-garcons-de-cafeLe 4 septembre dans les rues de Chamonix aura lieu la 5ème édition de la Course des Garçons de Café. Pas de la même envergure que l’UTMB – les tabliers remplacent le lycra, la distance ne dépasse pas les 2,2 km – mais pas question de s’endormir, ni de perdre ses bouteilles en route !

Cette course très traditionnelle a été ressuscitée en 2008 après environ 70 ans de sommeil, grâce à l’initiative de la Chambre Syndicale des Hôteliers.

Visionnez la vidéo de 1930 ci-dessous et faites un petit tour dans le passé de Chamonix !

WAITERS SKI – DERBY 1930

A l’époque la course se faisait à ski – une bouteille, un verre et un bâton pour l’équilibre !  On craint un peu pour les skis, mais l’ambiance est là, tout comme aujourd’hui…

Le 4 septembre donc, à 15h30, les coureurs des établissements chamoniards partiront avec leur plateau chargé de 2 verres pleins et une bouteille. A mi-parcours, quand la fatigue s’installera, ils devront récupérer une deuxième bouteille. La course partira de la Place Balmat, devant la poste, en direction de la rue Paccard et l’avenue de l’Aiguille du Midi. Ensuite direction la gare de Chamonix par la rue du Lyret, arrêt au bar l’Elévation pour faire le plein, poursuite dans le quai des Moulins et retour par la rue Vallot pour un « finish » Place Balmat.

Plus de 70 participants sont attendus !. Ils porteront les couleurs des établissements chamoniards. Les heureux gagnants (filles et garçons) remporteront 350 € chacun pour leur agilité. L’établissement gagnant recevra un beau trophée en bois sculpté, qui sera remis en jeu l’année suivante.

La course est suivie d’un buffet convivial et une tombola pour les participants. Parmi les généreux lots offerts par les commerçants un forfait de ski saison et un vol en hélico pour 6 personnes dans le Massif du Mont-Blanc.

Ambiance assurée avec l’excellent groupe chamoniard: Charlotte Lee and the Ug’s

Quand: le 4 septembre à 15h00
: Place Balmat
Inscriptions: Café Valentino – place Balmat
Coût: gratuit

Les alpages de Blaitière – rencontrez les Saanens!

Blaitière by Ruskin

Blaitière by Ruskin

L’alpage de Blaitière est un alpage très ancien situé sur le territoire de la commune de Chamonix. Le chalet de Blaitière-Dessous se trouve à 1708 m d’altitude au pied de l’Aiguille du même nom dans le massif du Mont Blanc. L’alpage de Blaitière-Dessus se trouve 1920 m.

copyright: M Burnet

Blaitière-Dessus. copyright: M Burnet

Les alpages sont accessibles par une belle balade au départ de Chamonix (parking du Grépon)  2h-3h ou sinon, depuis le Plan de l’Aiguille en 1h à 1h30 (option plus facile).

Les chèvres Saanen cherchent l'ombre

Les chèvres « Saanen » se reposent à l’ombre

Pascal Payot, le gardien des lieux, ainsi que ses 40 chèvres, vous réservent un accueil chaleureux à Blaitière-Dessous jusqu’à la mi septembre. Ensuite les troupes rejoignent leurs quartiers d’hiver à la ferme des Houches

Depuis 2000, Pascal Payot participe à la réhabilitation des bâtiments et des paturages en vue de faire revivre une activité agricole, d’abord avec des génisses (2001 à 2006) puis avec un troupeau de chèvres (2007). Depuis l’été 2008, l’alpage est équipé d’une fromagerie – une belle initiative soutenue par la commune de Chamonix et l’Espace Mont-Blanc. Vous pouvez acheter vos fromages directement à l’alpage.

IMG_5160IMG_5159Depuis juillet 2005, les bâtiments de Blaitière-Dessous à 1708 m d’altitude sont alimentés en électricité « solaire ». L’installation comprend 26 modules photovoltaïques qui assurent 80 % des besoins en électricité. L’énergie solaire respecte l’intégralité de la qualité paysagère tout en apportant une énergie sans pollution, ni déchet. Une énergie propre qui s’insère parfaitement dans l’environnement du site.

La dernière innovation est un remonte-charge d’une capacité de 400 kg, installé en 2012 pour éviter les hélitreuillages. Les 700 mètres de dénivelé sont parcourus en 15 minutes environ et ce remonte-charge permet de fournir les restaurants et commerces en fromage du chèvre « du pays » !

Le Temple de la Nature – Montenvers

Le Temple de la Nature

Le Temple de la Nature

IMG_5167
Juste à côté du Grand Hôtel, la Compagnie du Mont Blanc vient de rouvrir au Montenvers un vieux bâtiment datant de 1795-98 et appelé maintenant « le temple de la nature ». A l’intérieur, des scènes d’époque entre Pasteur, Chateaubriand, Agutte et Forbes, des récits plutôt scientifiques… avec une mise en scène moderne signée de l’agence Implicite, notamment avec images projetées sur des vitres.

Le théâtre optique

Le théâtre optique

Un peu d’histoire:

Le site du Montenvers devient célèbre à partir de 1741, lorsque deux voyageurs britanniques, William Windham et Richard Pocock s’y rendent et en reviennent émerveillés par « les glacières » et en particulier la Mer de glace. Cet événement marque le début du tourisme alpin.

copyright: Musée de Chamonix

copyright: Musée de Chamonix

Au fil des ans, divers bâtiments sont construits. Tout d’abord un petit abri construit par le britannique Charles Blair en 1776, puis un « Temple de la Nature »  dû à Marc Théodore Bourrit et à la générosité du résident de France à Genève, Félix Desportes. L’édifice est terminé dans l’année 1798. C’est le premier refuge de montagne ; il doit son nom à sa forme et à l’inscription de son fronton : « A la nature par un ami de la liberté »

Il abrite, entre autres, Chateaubriand en 1805, l’impératrice Joséphine de Beauharnais (divorcée, elle voyage sous le nom de Comtesse d’Arberg) en 1810, l’impératrice Marie Louise (séparée de Napoléon, exilé à Elbe, elle voyage sous le nom de Duchesse Colorno) en 1814, Byron et Shelley en 1816, Charles Nodier seul en 1824 et en compagnie de Victor Hugo en 1825, Alexandre Dumas en 1832, John Ruskin en 1835, Gorges Sand et Franz Lizt en 1836…Le bâtiment était restauré en 1923 et classé monument historique.

En 1820, pour améliorer l’accès à la Mer de Glace, un chemin muletier est aménagé depuis. En 1840, un hôtel est construit par la commune de Chamonix. D’abord modeste, celui-ci est rebâti en 1879, en offrant désormais une soixantaine de lits et un restaurant.

Copyright: Gay Couttert

IMG_5166

copyright: M Burnet

En 1885, le site accueille 12 000 visiteurs annuels, transportés principalement à dos de mulet. Ainsi, officient 380 guides et muletiers, qui emploient 200 mulets. Cette fréquentation suscite le projet de chemin de fer du Montenvers, qui est inauguré en 1909.

train du montenvers GC

Copyright Gay Couttet

Un nouveau chapitre de l’histoire de Chamonix s’écrit…